• Chronique : Arguel, Embrace (pour Metal Impact)

    ARGUEL (FRA) - Embrace (2005)





    Label : Auto-Production
    Sortie du Scud : 2005
    Pays : France
    Genre : Death Metal Progressif
    Type : Album
    Playtime : 7 Titres - 32 Mins





    ARGUEL, qu’est-ce que c’est ? Alors, c’est une ville mais autrement, c’est aussi un groupe de français, œuvrant dans un Metal Progressif assez Death, du moins par le chant. Ce groupe nous vient des fins fonds de la Franche-Comté. Eh oui, il arrive parfois que des groupes venus d’un coin assez perdu de la France soient remarqués parce qu’ils valent le coup. Et c’est ici le cas d’ARGUEL dont voici la chronique du premier album qui se nomme Embrace.


    Une intro très calme, ponctuée d’une belle ligne de clavier, qui met de suite dans l’ambiance. Mais nous voici vite surpris par l’arrivée rapide du second morceau, soulignant l’arrivée d’un chant très Death à la CREMATORY. Un clavier qui tend à disparaître mais pour laisser place à des riffs de guitare mémorables, notamment lors des solos. Bien que cet album soit une auto-production, on remarquera aisément que la production est vraiment bonne, les riffs de guitare se détachent de la batterie qui elle-même laisse bien entendre le chant. Tout cela durant 7 pistes, qui ne se répètent absolument pas, et qui valent toutes le coup d’être écoutées. Car il n’y a rien à jeter chez ARGUEL !


    Dans la catégorie des titres brutaux, on y placerait “Stigmate Of The Beast” qui ravira les fans du style Thrash Death. Une référence à des groupes tels que SIX FEET UNDER se fait entendre, avant un passage plus calme et plus criard qui repose un peu les oreilles, dans lequel on souligne l’excellent riff des guitares pour reprendre ensuite sur une note plus brutale de façon progressive, et un solo de guitares très intéressant de par sa difficulté technique. Ce titre raisonne comme un chant de guerre, alternant passages brutaux et passages plus calmes.


    A l’inverse, “Romance In Red” marque le retour du clavier, on a fortement l’impression d’entrer dans une église. Mais encore une fois, le calme ne dure pas car le rythme change dès la venue de la batterie, puis du chant et des guitares. Idem sur “Biomechanical”, titre au début duquel une dimension un peu plus électro se fait entendre rapidement.


    Au final, on ne regrettera qu’une seule chose, c’est la présence d’une boite à rythme à la place d’un batteur. Autrement, les trois membres du groupe ont un très bon niveau, ce qui rend leur musique très intéressante. Il ne leur reste donc plus qu’à trouver un batteur rapidement…


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :