• Chronique : Asmégin, Hin Vordende Sod & Sø (pour Metal Impact)

    ASMEGIN (no) - Hin Vordende Sod & Sø (2003)





    Label : Napalm Records
    Sortie du Scud : 14 octobre 2003
    Pays : Norvège
    Genre : Viking Folk Metal
    Type : Album
    Playtime : 11 Titres - 42 Mins





    ASMEGIN, qu’est-ce que c’est ? Un mélange de Viking et de Folk Metal agrémenté de violon, piano, synthé, accordéon et harpe pour le côté mélodique ; de guitares saturées et de hurlements Black pour le côté puissance. Comment mettre la puissance de côté lorsque l’on s’appelle "La Puissance Des Dieux" ? Un album en huit ans d’existence, voila qui est assez surprenant, mais la qualité de celui-ci est tellement bonne qu’on ne peut pas leur en vouloir. Les titres forment un mélange très éclectique, chaque morceau est différent des autres, que ce soit au niveau des instruments, des chants ou des riffs de guitare et c’est ce qui rend cet album intéressant.


    Mais commençons par le commencement, à savoir le premier titre de cet album, « Af Helvegum ». Un beau mélange de douceur et de violence, des instruments qui changent tout le temps, l’ensemble est un vrai bonheur à écouter. « Huldradans Hin Gronnkledde », le troisième titre de cet album, fait office de petite pause après un début très rentre-dedans, on est alors bercé(e) par le chant, la flute et la guitare acoustique. « Til Rondefolkets Herskab » de son côté marque par son magnifique refrain joué au violon, qui fait penser par moments à un air oriental, de quoi s’évader un peu. « Slit Livets Band » est l’instrumentale de cet album, très courte, mais qui marque tout de même les esprits, tant la mélodie est belle malgré la tristesse qui s’en dégage avec les pleurs d’un bébé que l’on peut entendre tout le long de cet album mais qui se détache surtout dans ce morceau. Suite à ce petit interlude, le ton agressif du début de l’album reprend avec « Efterbyrden », mais un violon vient tout de même adoucir la brutalité de ce morceau, avec un très beau duo violon-batterie à dénoter.


    Pour un premier album, on peut dire qu’il s’agit d’une réussite, en même temps ils ont pris huit ans pour le composer. Au total, il est impossible de savoir combien d’instruments ont contribués pour cet album, tant il y en a, et c’est sans aucun doute cette diversité qui fait que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde à l’écoute de ce Hin Vordende Sod & Sø. La production est bonne, la pochette représentant une sorcière devant sa marmite illustre très bien ce premier album et on espère qu’ASMEGIN sortira très bientôt un nouvel album.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :