• Chronique : Falkenbach, En Their Medh Riki Fara... (pour Metal Impact)

    FALKENBACH (de) - En Their Medh Riki Fara… (1996)




     

    Label : No Colours Records
    Sortie du Scud : 1996
    Pays : Allemagne
    Genre : Black Viking Folk Metal
    Type : Album
    Playtime : 7 Titres - 43 Mins





    C’est après avoir sorti trois démos que Vratyas Vakyas sort le premier album de FALKENBACH, à savoir En Their Medh Riki Fara. Il s’agit là d’un album à la production très brute, due surtout au label, No Colours Records, dont le son est rarement propre, la pochette elle-même n’est pas très soignée hormis le logo, très joliment dessiné. Malgré ce petit inconvénient, en écoutant cet album, on passe 43 très bonnes minutes avec un Viking Metal à tendance Black assez agressif et sans concession mais avec de grandes notes mélodiques, simples mais terriblement belles dues à la présence de la voix claire distillée tout au long des 7 titres que compte cet album.

     

    Au niveau des textes, le tout est très varié, couplant l’anglais avec du vieil Islandais, du vieil Allemand et même du latin. Le thème de prédilection de FALKENBACH ? Les Vikings, bien sûr ! Les textes relatent des histoires du XIXème siècle, celui des grands et puissants Viking, les mythes qui ont fondé cette civilisation. Pour ce qui est de la musique en elle-même, ce sont surtout les riffs de guitare qui retiennent l’attention, tellement ils sont accrocheurs. Une entrée en matière très prometteuse avec le titre « Galdralag », débutant par l’arrivée d’un Viking sur son cheval, l’ensemble mélangeant rapidité, riffs de guitare omniprésents, voix rageuse de Vratyas Vakyas, nappes de claviers adoucissant le tout, ce qui rend le morceau très harmonieux au final. Le titre suivant, « Heathen Pride », est surtout connu pour sa version faite par FOLKEARTH, autre groupe oeuvrant dans le Viking Folk, se souligne surtout par le chant qui ne cesse pas pendant environ trois minutes d’affilées, puis c’est au tour de la rageuse voix Black de faire son retour, appuyée par une accélération du rythme musical et c’est un air moyenâgeux joué au clavier qui clos ce morceau. « Laeknishendr » est un excellent morceau et c’est sans doute pour cela qu’il a été repris sur Heralding The Fireblade, le dernier album du groupe, en une version beaucoup plus propre. « Ulthima Thule » est un titre assez surprenant dans le sens où il est vraiment très court, comparé aux autres titres de cet album. Néanmoins c’est un morceau très épique et vraiment très beau, juste dommage qu’il soit si court. « Asum Ok Alfum Maer... » quant à elle, est une piste instrumentale dans laquelle on entend surtout de la flûte de pan, très original et très mélodique à la fois, une instrumentale absolument magnifique. « Winternight » est également un titre très épique et prépare à la fin de l’album. Et enfin, le dernier titre de cet album, « Into The Ardent Awaited Land » clos l’album avec excellence. Au final, un album de très grande qualité malgré le son qui n’est malheureusement pas très bon mais on ne peut en vouloir à FALKENBACH, la plupart des CDs produits par No Colours Records ayant un mauvais son.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :