• Chronique : Falkenbach, Magni Blandinn Ok Megintiri (pour Metal Impact)

    FALKENBACH (de) - Magni Blandinn Ok Megintiri (1998)




     

    Label : Napalm Records
    Sortie du Scud : décembre 1998
    Pays : Allemagne
    Genre : Black Viking Folk Metal
    Type : Album
    Playtime : 6 Titres - 40 Mins





    C’est un an après la sortie de son premier album, En Their Medh Riki Fara, que FALKENBACH sort son second album, Magni Blandinn Ok Megintiri. Cette fois-ci, l’album sort chez Napalm Records, ce qui lui vaut une qualité de son bien meilleure que le précédent. Le Viking Metal à tendance Folk que nous avait asséné le premier album du groupe est toujours aussi présent malgré le changement de label, ce qui n’est pas fait pour déplaire.

     

    Cette fois-ci, c’est un album de 6 titres que nous propose Vratyas Vakyas, mais ce sont encore une fois 40 minutes de pur bonheur pour les fans de ce genre de musique. Ce qui est dommage, par contre, c’est que Vratyas semble allonger désespérément chacun des titres de cet album, plutôt que d’avoir choisi de faire un titre supplémentaire, seul détail vraiment regrettable sur cet album. Au niveau de la pochette, on constate une nette amélioration, celle-ci étant en couleur alors que la précédente était en noir et blanc et de très mauvaise qualité, c’est ici une peinture représentant des drakkars en pleine mer qui nous est présenté. Pour en revenir à la musique même, on constate avec étonnement que l’on entend beaucoup moins les riffs de guitare, laissant beaucoup plus de place au son du clavier. On démarre cet album avec une très longue intro, sans doute un peu répétitive mais qui heureusement se poursuit avec des rythmes qui changent de façon plus régulière. Le second morceau de cet album, « Where Blood Will Soon Be Shed » est celui qui sonne le plus Black Metal de tout l’album, les chants clairs ne servant que de chœurs, contrairement aux autres morceaux. « Towards the Hall of Bronzen Shields » sonne par contre beaucoup plus Heavy, les sonorités Black n’apparaissant quasiment pas. Le solo de guitare qui se trouve dans ce morceau est absolument magnifique, en passant. « The Heathenish Foray » quant à elle est une piste très épique mais l’on remarque aisément un petit souci d’assurance au niveau du chant. Problème résolu avec le morceau suivant, « Walhall », dont les nappes de clavier font très bonne figure de par leur variété, cela rattrape la batterie qui semble toujours répéter la même chose. Et enfin, « Baldur’s Tod » clos l’album, il s’agit d’une piste instrumentale dans laquelle on n’entend malheureusement pas assez bien la guitare, et qui semble très longue de par son côté très répétitif. Une fin d’album un peu décevante, mais dans la généralité il s’agit d’un bon album, même si c’est loin d’être le meilleur de FALKENBACH.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :